Sept gars, si je ne me trompe pas, mais à vérifier, auxquels s’est joint d’abord, Manu, puis plus tard, Benoit pointé à la salle, à 9h15 (on sait pas pourquoi ?).

Mais Benoit, nous a repris (quand-même !) à la faveur de la première crevaison, (de la journée), pour Christophe, pourtant « pneus-neufs-chambres-neuves ».
C’était aux Chabossières, avant Saint Mathurin. (sur la photo, il manque Benoit, pas encore arrivé)

Bref, quasiment que des gars du groupe 1… aussi ça ne traînait, pas vu le temps: les côtes de Vairé, et les pentes du Jaunay, effacés en quelques coups de pédales volontaires, voire rageurs pour certains.…

Où ça c’est un peu embrouillé c’est après Martinet: quatre rapides avaient pris 100m, et comme on s’en doutait, vu de l’arrière : ils n’ont pas tourné à la pancarte des « Pommiers » comme c’est marqué : on les a « huché », tant qu’on pouvait (le souffle), mais nous on a tourné…

Pour la suite de l’histoire il faudra qu’ils s’expliquent, mais parait qu’ils ont fait demi-tour, et encore demi-tour, et pi après, encore demi-tour…
Le GPS, bien sûr, ils avaient celui de Christophe, mais vu qu’en partant le dit-GPS s’était bloqué, Christophe l’avait mis dans sa poche…
Il parait encore que Christophe est parvenu à le redémarrer, et qu’après avoir slalomé, entre des chiens de chasseurs…. à plus de 40kms/h (les vantards), on s’est retrouvé à la Mothe Achard, eux arrivant de la gauche, et nous de la droite au stop du Plessis-Landry.

Donc le groupe re-solidarisé, attaque les ronds-points de La Motte Achard,  pour prendre la route du Moulin des Landes (de La Chapelle), et crac, là c’est Tony, (pneus-neufs-chambres-neufs ? non) crève.

A Grosbreuil, tout le monde a été d’accord pour laisser tomber le Rosais, les travaux nous auraient retardés…

Et nous voilà à la salle, ou Jean-Luc, Roland, Roger, tous assis, en civil…, attaquaient un « nième » Pastis, (vu l’odeur), et même, parait-il, s’inquiétaient vu qu’il était 12h30.

Et pour finir on y a vu arriver un Vttiste, encroté, et pas qu’un peu le JP : il y en a quand-même qui aiment le mauvais temps….

A mercredi pour les retraités, (et les autres), pour le moment, la Mère Téo, est prometteuse…

Athanase.

Pin It on Pinterest

Share This